EN SAVOIR PLUS SUR
la chorale Beaugrenelle
et son chef de choeur Laure Dioudonnat

 


 

La chorale beaugrenelle ...

.. a délibérément choisi, presque depuis ses débuts, de se vouer au répertoire de la musique "légère" ; ce qui lui donne le privilège de promouvoir ce genre peu exploré par les chorales françaises, laissant un créneau vacant dans lequel elle s'est engoufré sans vergogne !


Après avoir donc, pendant de nombreuses années, monté des programmes "panachés", où George Gershwin côtoyait Ariel Ramirez, et où Charles Trénet faisait coucou aux Beatles, la chorale beaugrenelle s'est lancée dans la mise sur pied d'une oeuvre intégrale : c'est tout naturellement le grand enchanteur Offenbach qui fut choisi, avec une pièce au titre prometteur : 'LE VOYAGE DANS LA LUNE. Cet opéra-féerie -tel était son sous-titre- fut donné quatre fois à Paris et cinq fois en banlieue. Ce qui permit aux choristes de vivre une expérience différente de celle du traditionnel "concert de fin d'année", où l'on n'a pas l'occasion de "rôder" le programme lentement ingéré pendant l'année.

A cela s'était ajouté la confection des décors et des costumes à laquelle chacun prit part tandis que se mettait en scène ce qui allait donner une véritable création collective. Témoin l'enregistrement d'un double CD (disponible sur demande - appeler Laure au 01 45 31 94 90).

L'enthousiasme des choristes fut tel que la nouvelle proposition du chef de choeur : monter LA PRINCESSE DE TREBIZONDE, ne pouvait être accueillie que favorablement ; c'est donc à cette nouvelle réalisation que la chorale s'est attelée depuis la rentrée ; elle en a déjà donnée quelques morceaux choisis, en espérant que cet aperçu suscitera le désir de venir voir le résultat final ; une première représentation est d'ores et déjà prévue fin mai à Verrières-le-Buisson.
Signalons que toutes les propositions visant à permettre de donner ce spectacle à Paris et en région
parisienne intéressent la chorale (appeler Laure au 01 45 31 94 90 ou Anne au 01 45 35 46 14),


Et tel le poète, on a beau supplier le temps de suspendre son vol, voici déjà 20 années que la chorale Beaugrenelle a été créée par son chef de choeur Dioudonnat qui débuta le piano au berceau où elle poussait déjà la chansonnette ; plus tard et plus sérieusement, elle chanta au sein du Nouvel Ensemble Vocal Philippe Caillard, du Choeur de l'Orchestre de Paris et de nombreux autres choeurs, tout en travaillant sa voix dans différentes classes d'art lyrique et d'opérette des conservatoires parisiens ; sans oublier une incursion dans le jazz : stages avec Christiane Legrand, quartet vocal Nationale Bleue, qui sillonna la France profonde, grâce aux tournées (très bien) organisées par les Jeunesses musicales de France.

Conseiller d'éducation populaire et de jeunesse auprès du Ministère de la Jeunesse et des Sports, Laure anime de nombreuses sessions à la demande d'A Coeur Joie et d'autres organismes, dans les genres qu'elle affectionne particulièrement : jazz, gospel, opérette, comédie musicale.
Réalisé : atelier opérette et chanson rétro dans le cadre de la prochaine session FÉVRIER EN BEUVRAY, du 5 au 12 février 2000 (demander le bulletin d'inscription à Françoise Soos au 01 39 81 81 54).

En plus de la chorale Beaugrenelle, Laure dirige la chorale des parents d'élèves du XVe arrondissement, et assure depuis peu la direction du département chant choral de l'école de musique de Limay (Yvelines). Elle nous parle de celui pour qui elle s'est prise de passion, musicologiquement parlant, l'enchanteur Offenbach.

"Si j'ai orienté la chorale vers les oeuvres méconnues du grand Offenbach, nous a confié Laure, c'est que je me suis aperçue, en visitant la magnifique exposition montée par le Musée d'Orsay en juin 1996, qu'une multitude de titres inconnus sommeillaient derrière les quelques pièces dont les feux continuent à briller de nos jours, car constamment reprises aussi bien par les théâtres professionnels que par les troupes amateurs ; mais derrière la vie Parisienne, la Belle Hélène, la Périchole et quatre ou cinq autres, qui peut citer l'une des cent autres pièces à redécouvrir, dont les sujets aussi bien que la musique font preuve d'une imagination souvent déconcertante ?
La satire sociale, moteur de l'oeuvre d'Offenbach, traverse un large éventail de thèmes d'inspiration diverse, où les librettistes laisseront cours, tantôt aux accents les plus lyriques, tantôt au plus débridé des comiques.
Le public de son temps (composé de toutes les couches sociales -du petit peuple jusqu'à la famille impériale-) allait se réjouir à la création de chaque oeuvre avec le même empressement. En effet, texte et musique étaient truffés de références, qui ravissaient les auditeurs d'alors, et dont l'humour touchera de même ceux d'aujoud'hui, pour peu que le promoteur de spectacle, aussi bien que le spectateur, fassent l'effort d'aller voir la partie de l'oeuvre occultée par les sempiternelles reprises des célèbres cancans de la Vie Parisienne et d'Orphée aux enfers, certes débordants de gaité, mais finalement réducteurs malgré eux !
Et si la chorale beaugrenelle contribue un tant soit peu à la redécouverte de la face cachée de ce génial compositeur, arrivé à Paris de sa Prusse natale, à l'âge de quatorze ans pour y parfaire son éducation de violoncelliste virtuose, je pense que nous n'aurons pas perdu notre temps."


Souhaitons longue vie à ce projet aussi passionnant que réjouissant pour la chorale et son public !

 


Copyright © 2000

Christophe Vallantin-Dulac